Paris : la vie d’errance des réfugiés

Refugies

Ils ont fui la guerre, la violence, la dictature. Ils ont rêvé de la France. Mais depuis leur arrivée, des centaines de réfugiés venus d’Afrique sont condamnés à une vie d’itinérance, pris dans les dédales administratifs de l’attente pour l’asile.

À Paris, le 4 septembre 2015, les opérations de démantèlement se poursuivent. Cette fois-ci, c’est au tour du camp installé au métro La Chapelle. L’ancien plus grand squat de Paris ne peut que constater l’évacuation des derniers réfugiés installés ici. Épuisés, les réfugiés sans-abris décident d’occuper le parvis de la mairie du 18e arrondissement pour demander des solutions. J’ai suivi leur quotidien pendant quelques jours .

À lire ici.

Publié sur Ricochet le 21 septembre 2015.

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :